OST : le manager de proximité, détecteur des risques psychosociaux

Dans son étude n°21 "La santé au travail comme levier d'innovation managériale", l'Observatoire social territorial (OST) met en exergue qu'au sein de la chaîne managériale, le manager de proximité est le mieux placé pour détecter les risques psychosociaux (RPS) auxquels les agents peuvent être exposés et actionner les leviers pour y remédier. Mais il doit disposer des compétences et prérogatives nécessaires.

Par sa position au cœur de la chaîne managériale, le manager de proximité est une irremplaçable vigie pour la collectivité. Exerçant ses responsabilités au plus près du terrain, il peut détecter les moindres dysfonctionnements susceptibles d’engendrer du mal-être chez les agents territoriaux. Il peut également agir très vite lorsque la santé des personnels est menacée. Le manager de proximité doit donc capter "les signaux faibles" afin d'évaluer les risques psychosociaux (RPS) au sein des équipes dont il a la responsabilité. Il lui faut notamment être attentif aux changements de comportement des agents, à la détérioration des situations individuelles ou familiales, à l’émergence de tensions parmi les agents. En théorie, il peut actionner de nombreux leviers pour désamorcer des situations problématiques, en agissant notamment sur les horaires, les conditions de travail, les moyens techniques ou matériels mis à la disposition des équipes opérationnelles. Son rôle est aussi de donner en permanence du sens au travail de chacun et, par là même, de veiller à ce que les personnels s’épanouissent dans leur mission de service public.

Bonnes pratiques et nouvelle culture managériale

Pour assumer cette tâche de préventeur de la souffrance au travail, le manager de proximité doit être en capacité d’échanger en permanence dans un climat de confiance avec les agents, afin de les orienter si besoin vers les bons services. Certaines collectivités se sont engagées résolument dans cette voie. À Chelles (Seine-et-Marne) par exemple, un item sur la qualité de vie au travail a été intégré au menu de l’entretien annuel d’évaluation, moment d’échanges privilégiés entre l’agent et son manager de proximité. Dans d’autres collectivités, comme à Brest (Finistère), les cadres intermédiaires participent -aux côtés des organisations syndicales et des agents- à un groupe de travail piloté par un psychologue pour analyser les risques psychosociaux des personnels recevant du public.

Des bonnes pratiques qui gagneraient à être généralisées à travers de nombreux territoires. Le cadre intermédiaire ne dispose pas toujours, en effet, de marges de manœuvre suffisantes pour détecter les fameux "signaux faibles". Les collectivités ont donc tout intérêt à élargir les prérogatives du manager intermédiaire, à lui confier les moyens d’intervenir plus facilement sur l’organisation du travail. C’est donc une nouvelle culture managériale -dont le cadre intermédiaire serait le pivot- qui doit voir le jour au sein de la fonction publique territoriale.

=================================================================================

Sécurité au travail : l'étude de l'ICSI

Une étude réalisée par l’Institut pour une culture de sécurité industrielle (ICSI) confirme que, malgré les nombreuses actions lancées au cours des dernières années pour améliorer la sécurité au travail, le nombre d’accidents mortels est resté stable depuis dix ans. La même étude conclut à la nécessité de s’appuyer sur les cadres intermédiaires pour inverser cette tendance. Un chemin qui, pour l’ICSI, doit forcément passer par l’innovation managériale et la redéfinition des compétences des encadrants de proximité.

=================================================================================

  • Lire l'étude OST n°21, La santé au travail comme levier d'innovation managériale
  • Lire la synthèse de l'étude Enjeux mutuels n°33

Mots-clés : Santé au travail, OST, risques psychosociaux, RPS, manager de proximité, qualité de vie au travail, cadre intermédiaire, culture managériale, santé

© MNT

Votre expert MNT à vos côtés

Au-delà du respect réglementaire, il s’agit de structurer la démarche de prévention et d'impliquer efficacement les parties prenantes, d'optimiser la gestion des ressources humaines et de favoriser le dialogue social, de planifier les actions et de gérer les mises à jour.