OST : la santé des agents, un capital à préserver pour les collectivités

Selon l'étude n°21 de l'Observatoire social territorial (OST) intitulée "La santé au travail comme levier d'innovation managériale", les employeurs territoriaux ont de multiples raisons de prendre en considération la santé des agents et d'agir pour le développement du bien-être au travail.

Maire de Lamballe (Côtes-d’Armor), président de l’intercommunalité Lamballe Terre et Mer, président du centre de gestion des Côtes-d’Armor (CDG 22) et lauréat 2017 du Prix santé et mieux-être au travail (PSMT), Loïc Cauret est une voix qui porte quand il s’agit d’évoquer la santé des personnels territoriaux. L’élu breton est convaincu que le bien-être au travail des agents constitue un véritable capital et que les employeurs publics doivent mobiliser des moyens conséquents pour prendre soin de leur santé. "Pour les collectivités, investir dans l’humain c’est comme la R&D dans le privé, affirme Loïc Cauret. Elles doivent communiquer davantage sur les initiatives qu’elles prennent pour améliorer la santé de leurs collaborateurs".

Obligations réglementaires pour les employeurs

Un point de vue parfaitement en phase avec l’esprit des textes qui réglementent la fonction publique. La santé au travail constitue, en effet, l’un des droits afférents au statut de fonctionnaire. L’article 23 de la loi du 13 juillet 1983 souligne notamment que « des conditions d’hygiène et de sécurité de nature à préserver leur santé et leur intégrité physique sont assurées aux fonctionnaires durant leur travail ». Toutefois, certaines obligations réglementaires telles que par exemple la désignation d'agents de prévention ne sont pas appliquées dans toutes les collectivités. Le rôle d'instances comme le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail et le Comité technique se révèle ainsi primordial.

Mais au-delà de ses obligations morales et juridiques, l’employeur public a de nombreuses raisons de veiller à la santé des agents. En premier lieu parce que les conditions de travail des personnels des collectivités les exposent souvent, en fonction des métiers exercés, à de nombreux risques : contraintes physiques intenses, travail prolongé sur écran, exposition aux produits chimiques et agents bactériologiques, horaires et rythmes de travail contraignants, tensions -voire agressions- dans les rapports avec le public… L’impact de ces conditions de travail difficiles sur la santé des agents territoriaux se fait ressentir à bien des niveaux.

Dynamique « gagnant-gagnant »

Pour la collectivité, il peut se traduire par une baisse significative de la productivité et de l’efficacité du collaborateur en souffrance physique ou morale. Une situation qui engendre également des coûts budgétaires supplémentaires et pèse négativement sur la masse salariale, notamment lorsque l’absentéisme doit être compensé par le recrutement de personnel intérimaire. Enfin, un service moins bien rendu par un agent en mauvaise santé peut dégrader l’image de la collectivité auprès des usagers. En améliorant le bien-être et la santé au travail des collaborateurs de la collectivité, l’employeur impulse donc une dynamique « gagnant-gagnant ».

==================================================================================

Quelques chiffres

  • 25 % des agents territoriaux estiment que leur travail a une influence négative sur leur état de santé.
  • La probabilité de déclarer un mauvais état de santé augmente chez les femmes, les agents de plus de 50 ans et les personnels de la catégorie C.
  • La part des agents territoriaux constatant une détérioration du degré de leur bien-être au travail oscille entre 55 et 61 % sur les trois dernières années. Et ce, quelle que soit leur catégorie.
  • Être heureux au travail augmente de 12 % la productivité.
  • 1 € investi en prévention rapporte entre 1,01 et 4,81 €.

Sources :

  • Davie Emma. L'exposition aux risques professionnels dans la fonction publique. DGAFP. Point Stat, n° 12, mars 2014
  • Baromètre "Bien-être au travail", La Gazette des communes - MNT, 2017
  • Journal of Labor Economics 2015
  • Agence européenne de santé et de sécurité au travail 2011

==================================================================================

  • Lire l'étude OST n°21, La santé au travail comme levier d'innovation managériale
  • Lire la synthèse de cette étude dans la newsletter Enjeux mutuels n°33

Mots-clés : santé au travail, innovation managériale, OST, bien-être au travail, hygiène, sécurité, conditions de travail, productivité, efficacité, Loïc Cauret, Lamballe

© MNT

 

Votre expert MNT à vos côtés

Au-delà du respect réglementaire, il s’agit de structurer la démarche de prévention et d'impliquer efficacement les parties prenantes, d'optimiser la gestion des ressources humaines et de favoriser le dialogue social, de planifier les actions et de gérer les mises à jour.