OST : quand la santé au travail devient un enjeu du management territorial

L’Observatoire social territorial (OST) de la MNT a publié en juillet 2018, en partenariat avec l’INET et l’Association des administrateurs territoriaux de France (AATF), sa 21e étude intitulée « La santé au travail comme levier d’innovation managériale ». Un document qui donne aux collectivités des clés pour répondre efficacement au défi financier et humain que représente la préservation du bien-être des agents publics.

Longtemps considérée comme un sujet éminemment personnel qu’il convenait de cantonner à la sphère privée, la problématique de la santé imprègne désormais largement le monde du travail. C’est notamment le cas au sein des collectivités territoriales où les questions liées à l’hygiène, à la sécurité, à la prévention des maladies professionnelles et des risques psychosociaux ou encore à la qualité de vie au travail irriguent abondamment les relations sociales et la mise en œuvre des politiques publiques. Comme ceux du privé, les employeurs publics sont soumis depuis 1983 à l’obligation légale de préserver la santé et la sécurité de leurs agents. Ils doivent veiller à ce que ces derniers soient maintenus dans « un état de complet bien-être physique, mental et social », selon la définition adoptée en 1981 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation internationale du travail (OIT).

Managers territoriaux en première ligne

Au-delà des contraintes réglementaires et de toute considération morale, la santé au travail peut également être appréhendée comme un axe fort de la culture managériale des collectivités. Les managers territoriaux sont, en effet, en première ligne sur ce chantier qui ne semble pas consolidé. Depuis plusieurs années, le baromètre « Bien-être au travail » réalisé par la MNT et La Gazette des communes fait état d’une régulière détérioration du degré de bien-être exprimé par les personnels des collectivités. Un ressenti qui traverse toutes les catégories administratives et qui n’est sans doute pas étranger aux mutations que traverse la sphère publique.

Face à cette situation, le manager se doit d’adopter la bonne posture pour aborder la question de la santé au travail. Il lui appartient de trouver ou de construire les outils pour mettre en place une politique globale de santé au bénéfice des agents dont il a la responsabilité. Il doit sans cesse innover pour faire évoluer les pratiques existantes au sein de la collectivité et impulser des actions permettant d’accroître le bien-être des personnels territoriaux.

Levier de motivation et de reconnaissance

Au final, une collectivité dont les salariés sont en bonne santé sera portée par une dynamique vertueuse. L’employeur pourra tabler sur des gains de productivité et d’efficacité, sur une réduction des coûts de fonctionnement et sur une meilleure maîtrise de la masse salariale. L’agent exercera sa mission dans des conditions plus sereines, les partenaires sociaux seront moins saisis de dossiers liés aux accidents du travail, maladies professionnelles, troubles psychosociaux, etc. Le manager pourra utiliser le bien-être et la santé au travail comme levier de motivation et de reconnaissance des personnels. Quant aux usagers, ils bénéficieront d’un service public plus efficace et conserveront en retour une meilleure image de la collectivité assurant les missions d’intérêt collectif.

=================================================================

Prévention : bonnes pratiques

Le centre de gestion des Côtes d'Armor (CDG 22) a mis en place une prestation visant à intégrer une approche ergonomique au processus de conception et de restructuration des bâtiments publics. Une démarche qui a permis d’améliorer le confort, la sécurité et les conditions de travail des agents tout en diminuant les coûts pour la collectivité. Autre exemple : la ville de Poissy (Yvelines) propose deux heures d’activité physique pratiquées sur le temps de travail- aux personnels qui le souhaitent. Résultat : des agents en meilleure forme, un taux d’absentéisme en baisse et une plus grande cohésion des équipes. Enfin, la ville de Chelles (Seine-et-Marne) organise des séances d’ostéopathie pour les ATSEM et les agents du service petite enfance. Une initiative visant à prévenir les troubles musculo-squelettiques et les accidents du travail.

==================================================================

  • Lire l'étude OST n°21, La santé au travail comme levier d'innovation managériale
  • Lire la synthèse de l'étude dans la newsletter Enjeux mutuels n°33

Mots-clés : santé au travail, innovation managériale, OST, prévention, qualité de vie au travail, agents, managers, motivation, reconnaissance, ville de Poissy, ville de Chelles, centre de gestion des Côtes d'Armor

© MNT

 

 

Votre expert MNT à vos côtés

Au-delà du respect réglementaire, il s’agit de structurer la démarche de prévention et d'impliquer efficacement les parties prenantes, d'optimiser la gestion des ressources humaines et de favoriser le dialogue social, de planifier les actions et de gérer les mises à jour.