Tendances et bonnes pratiques : les enseignements de l'édition 2017 du PSMT

PRIX SANTE AU TRAVAIL

Bonne année 2017 pour le Prix santé et mieux-être au travail de la fonction publique territoriale (PSMT) ! Une formule rénovée sur bien des aspects et une sixième édition qui a attiré un grand nombre de candidats. Focus sur les tendances et les bonnes pratiques actuelles des collectivités en matière de prévention en santé et mieux-être au travail.

Cette sixième édition a vu le Prix santé au travail de la fonction publique territoriale (PST) se renouveler sur bien des aspects. Il a changé de nom pour devenir le Prix santé et mieux-être au travail (PSMT), ses récompenses sont devenues plus attractives pour les lauréats, un prix a été créé spécialement pour les centres de gestion, il a dorénavant lieu tous les deux ans et non plus tous les ans et il compte plus de partenaires. Enfin, la remise des prix a eu lieu lors d’un colloque dédié à la valorisation des bonnes pratiques des collectivités en matière de santé au travail, organisé par la MNT le 7 novembre à l’Institut du monde arabe à Paris.

Mais l’objectif du PSMT est resté le même depuis sa création, en 2011, par la Mutuelle Nationale Territoriale (MNT) avec les principaux acteurs de la fonction publique territoriale : valoriser les démarches de prévention de santé et de mieux-être au travail des collectivités et favoriser les échanges d’expérience. Un enjeu essentiel pour les employeurs et pour leurs agents.

De nombreuses candidatures

Cette année, les collectivités se sont très fortement mobilisées avec 54 dossiers de candidature. Un record ! En 2015, la cinquième édition comptait 12 dossiers. La typologie des participants est, une nouvelle fois, variée. Comme les années précédentes, les communes constituent le type de collectivité le plus représenté (22). Sur la lancée de 2015, les collectivités de moins de 1 000 agents sont les plus nombreuses (37). En revanche, des structures de taille importante, voire très importante, ont participé cette fois-ci (27), contrairement aux éditions passées. La plus petite entité compte 15 agents (Brain-sur-Allonnes - 49) et la plus grosse intervient auprès de plus de 16 500 agents (centre de gestion des Côtes d’Armor, prix spécial CDG). Le PSMT est bien ouvert aux collectivités de toute taille !

Quant aux thématiques, la tendance initiée la dernière fois se confirme avec de nombreux dossiers s’intéressant à la qualité de vie au travail (21). Parallèlement, et c’est un phénomène nouveau, ils contiennent des actions autour du sport ou de l’activité physique (14). Les approches sont variées (bilans, séances hebdomadaires de yoga ou d’activité physique, forums ou stands, étirements, réveils musculaires, échauffements) mais toutes mettent en avant les bienfaits du sport sur la santé et la santé au travail des agents.

Emergence de l'activité physique

Les autres dossiers traitent davantage des risques psychosociaux (7), du retour et du maintien à l’emploi (7), des troubles musculo-squelettiques (4). Si, lors de la précédente édition, le maintien dans l’emploi ne concernait qu’un seul dossier, les collectivités ont, cette année, souhaité valoriser les démarches mises en place. Fait nouveau en 2017 : de nombreux dossiers sont pluri-thématiques et s’intéressent à la santé au travail de manière globale. Contrairement aux éditions précédentes, les addictions ne sont traitées que dans un seul dossier. Enfin, des thèmes comme le bruit, la cohésion d’équipe ou encore le risque forte chaleur sont également présents.

Cette année, le jury a désigné cinq lauréats. La mairie de Saint-Sébastien-sur-Loire (44) a remporté le premier prix pour son action sur les troubles musculo-squelettiques des agents du service espaces publics ; la commune de Pulnoy (54) le deuxième prix pour sa démarche collective en faveur de la prévention des risques psychosociaux des agents ; et le centre communal d’action sociale (CCAS) de Châlons-en-Champagne (51) le troisième prix pour sa démarche visant à faciliter les mobilités. Le nouveau prix spécial centre de gestion a été décerné au CDG des Côtes d’Armor (22) pour son accompagnement des collectivités dans leurs projets de bâtiments. Enfin, l’éloge du jury a remarqué la mairie de Chelles (77) pour son action de prévention globale contre les troubles physiques et les atteintes psychiques des ATSEM. Une sixième édition du PSMT particulièrement riche en démarches innovantes de prévention de santé et mieux-être au travail !

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Thèmes des projets présentés

  • En tête des dossiers de candidature : qualité de vie au travail dont les deux tiers avec des actions autour du sport ou de l’activité physique
  • Ensuite, ex-aequo : risques psychosociaux, retour et maintien dans l’emploi
  • Puis : troubles musculo-squelettiques
  • Enfin : addictions, bruit, cohésion d’équipe, risque forte chaleur, dossiers pluri-thématiques.

Profil des 54 collectivités candidates

  • 22 communes, 10 intercommunalités, 7 centres intercommunaux d’action sociale (CIAS) / centres communaux d’action sociale (CCAS), 5 conseils départementaux, 5 centres de gestion, 4 structures mixtes associées (ville + communauté urbaine ou ville + communauté d’agglomération), 1 service départemental d’incendie et de secours (SDIS).
  • Avec 37 dossiers, les collectivités de moins de 1 000 agents ont été encore plus représentées que les années passées. Cette édition compte 15 candidats entre 1 000 et 10 000 agents.
  • Le plus petit candidat : la mairie de Brain-sur-Allonnes (49) avec 15 agents.
  • Le plus grand : le centre de gestion des Côtes d’Armor (prix spécial CDG) avec plus de 16 500 agents.

©Amelie-Laurin

La santé de votre collectivité passe par celle de vos agents