Troyes crée une unité de reclassement pour favoriser le maintien dans l'emploi

La ville de Troyes (10), Troyes Champagne Métropole et le centre municipal d’action sociale ont créé une unité de reclassement pour favoriser le maintien dans l’emploi des agents déclarés inaptes à leur poste. Premiers résultats positifs ! Nominés dans la catégorie Santé au travail et démarche participative des Prix santé et mieux-être au travail (PSMT) de la fonction publique territoriale 2019, ils ont reçu le "coup de coeur" des militants et des collaborateurs de la MNT !

« Tous les moyens ont été déployés pour que j’intègre ce poste dans les meilleures conditions… ce changement ne m’a apporté que du positif. » Monsieur L. « On m’a accompagnée dans ce changement. Même si je n’oublie pas mon métier d’avant, je prends ce changement comme un nouveau départ et un rebondissement dans ma vie, qui se fait en douceur. » Mme P. Les témoignages des agents qui ont bénéficié de l’accompagnement de la nouvelle unité de reclassement sont élogieux, en attendant le bilan de la première année du projet.

Au départ, la ville de Troyes, avec Troyes Champagne Métropole et le centre municipal d’action sociale (CMAS), constate la nécessité d’améliorer la méthode de reclassement pour obtenir un meilleur taux de réussite et une approche plus positive des acteurs concernés. Cette démarche répondait aussi à l’obligation de l’employeur de reclasser les agents, celui-ci étant tenu à une obligation de moyens, et le reclassement devant se faire dans la limite des capacités physiques des agents.

L’accompagnement, point central du projet

La collectivité a donc misé sur l’accompagnement afin de créer une réelle motivation et de rendre agents et services plus acteurs de la démarche. Nombreux étaient les enjeux :

  • optimiser les conditions de réussite du reclassement en adaptant l’accompagnement à chaque situation,
  • permettre à l’agent de mener une seconde carrière,
  • donner une image positive du reclassement,
  • mobiliser les richesses internes dans le cadre d’une gestion prévisionnelle des effectifs.

D’où la création en mai 2018, dans le cadre de la politique de prévention, d’une unité de reclassement. Finalité ? Assurer le maintien dans l’emploi par le reclassement des agents déclarés inaptes à leur poste par le médecin de prévention. Au-delà de la gestion des richesses humaines, cette démarche souhaite aussi repérer les activités et missions pouvant favoriser l’adaptation à l’emploi et le reclassement, accompagner le changement professionnel avec de la formation, des bilans réguliers…

Point central du projet, l’accompagnement se veut empathique, bienveillant et en co-construction avec l’agent tout au long des différentes étapes. Pilotée par une coordonnatrice spécialement formée en santé au travail, la démarche concilie l’état de santé de l’agent, ses compétences et les besoins de la collectivité, tout en laissant l’agent acteur de la démarche. La collectivité souhaite, au travers d’une méthode réfléchie et concertée, allier la gestion prévisionnelle des effectifs et les opportunités de carrière, en lien avec l’aspect médical des reclassements.

Les agents, acteurs de leur reclassement

Ainsi, à l’issue d’une déclaration d’inaptitude par le médecin de prévention, l’agent est orienté vers la coordonnatrice de l’unité de reclassement. Un premier bilan permet de faire le point sur la carrière de l’agent, ses points forts et ses difficultés, ses restrictions médicales, afin d’orienter ensuite les recherches de poste. Puis, le dossier est évoqué lors des réunions de l’unité de reclassement pour prendre en compte les différents volets RH en lien avec les perspectives de reclassement (par exemple la formation). Le reclassement mis en œuvre, le dossier continue d’être suivi en unité de reclassement. Pendant la première année du projet, des ajustements ont eu lieu, concernant par exemple la fréquence des suivis ou le temps d’immersion dans les services avant le reclassement.

A court terme, la collectivité va continuer à communiquer sur cette unité et les résultats positifs des premiers reclassements, afin de consolider cette action. A plus long terme, la collectivité envisage d’anticiper les situations d’inaptitude prévisible, afin de mettre en place des périodes de formation et d’immersion avant le recours à l’arrêt maladie. Cela permettra à l’agent d’anticiper son changement de poste. Dans ce projet, l’agent est bien placé au cœur de la démarche. Accompagné et guidé à travers chaque étape, il reste acteur de ses démarches administratives et de son parcours de formation. L’accompagnement, personnalisé et adapté à sa situation, représente le fil conducteur de ce travail collaboratif et humain qui permet le maintien dans l’emploi.

Du 15 octobre au 8 novembre a été mené en ligne un vote auprès des 1 500 militants et des 1 200 collaborateurs de la MNT. C'est à la ville de Troyes (10), Troyes Champagne Métropole et le centre municipal d’action sociale qu'ils ont décerné leur coup de coeur. Ils ont apprécié la création de cette unité de reclassement pour favoriser l'adaptation à l'emploi des agents déclarés inaptes à leur poste. Un projet à double détente, qui s'occupe d'abord d'agents en position de reclassement, puis d'agents avant qu'ils ne soient en situation d'arrêt de travail. Un véritable outil de gestion des emplois et des compétences !

=================== 

REPERES

  • Code postal : 10000
  • Nombre d’habitants : 61 000
  • Nombre total d’agents : 1 067 (ville) + 349 (métropole)

 =====================

© Tchavolo productions - Grégoire Crozet

Mettre en place des programmes de prévention afin de réduire durablement les risques professionnels

Une fois les risques identifiés, votre expert vous aide à installer les bonnes solutions, à les mettre en pratique, à analyser les résultats et à les optimiser.