mnt - collectivités

Mairie de Chelles (Seine-et-Marne) : une mobilisation multiple au service du bien-être de nos ATSEM

Outre les trois prix et le prix spécial CDG, le Prix santé et mieux-être au travail 2017 a décerné un "éloge du jury" à la ville de Chelles (77) pour sa démarche de prévention globale contre les troubles physiques et les atteintes psychiques des ATSEM. Une façon de saluer ses travaux et son implication.

L'ensemble des actions a conduit à une réduction progressive et significative du nombre d'accidents de travail des ATSEM.

Lorette Laeuffer - conseillère en prévention des risques à la mairie de Chelles (77)

Quelle est l’origine de votre démarche ?

Lorette Laeuffer, conseillère en prévention des risques : Plusieurs éléments ont conduit à la mise en place d’une action spécifique au métier d’agent territorial spécialisé des écoles maternelles (ATSEM) : d’abord le nombre important d’accidents de travail et un absentéisme médical conséquent. Ensuite, une population vieillissante pour laquelle les restrictions médicales étaient de plus en plus importantes. Egalement une évaluation des risques professionnels de ce métier mettant en évidence des impacts non négligeables sur la santé, à cause de possibles situations à risques. Enfin, une organisation de travail impactée par la réforme des rythmes scolaires. Le métier et le statut des ATSEM évoluent régulièrement.

Quelles actions avez-vous mises en place ?

L.L. : Nous avons d’abord identifié les situations de travail qui avaient le plus d’impact sur la santé des agents. A partir de ce diagnostic, nous avons élaboré un plan d’action mené principalement autour de la prévention des troubles musculo-squelettiques et des risques psychosociaux (RPS). Pour soulager les douleurs physiques, nous avons proposé des séances d’ostéopathie et équiper les écoles avec du matériel ergonomique, par exemple des pelles et des balayettes avec de longs manches. Nous avons aussi organisé des réunions et mis en place des groupes de travail pour sensibiliser les 85 ATSEM aux RPS de ce métier.

Enfin, pour maintenir les agents à un poste de travail adapté à leur situation individuelle et médicale, nous avons mis en place une commission de prévention composée de la responsable du pôle emploi et compétences, de la responsable du pôle santé-social-prévention, de la conseillère en prévention, du service de santé au travail. Parmi les situations évoquées, trois ont actuellement pu faire l’objet d’aménagement de poste et un d’un reclassement. Notre projet a été construit de façon continue afin de répondre au mieux aux attentes des agents et aux contraintes rencontrées au quotidien.

Que retenez-vous de votre démarche ?

L.L. : L’ensemble des actions a conduit à une réduction progressive et significative du nombre d’accidents de travail. En 2011, on recensait 13 arrêts de travail avec 410 jours d’arrêt. En 2016, seulement deux avec neuf jours d’arrêt ! Le petit matériel ergonomique déployé sur l’ensemble des écoles a soulagé le travail quotidien des ATSEM. Des tablettes numériques ont été installées dans toutes les écoles, pour pallier au sentiment d’isolement évoqué lors du diagnostic et pour améliorer la communication. Le bénéfice des séances d’ostéopathie sur le bien-être et les douleurs des ATSEM nous conduit à les étendre au personnel de la petite enfance qui, lui aussi, est amené à rencontrer des contraintes physiques importantes.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

REPERES

  • Code postal : 77500
  • Nombre d’habitants : 53 238
  • Nombre total d’agents : 950

©Amelie-Laurin

Mettre en place des programmes de prévention afin de réduire durablement les risques professionnels