Mairie de La Ravoire : se mobiliser ensemble contre les risques professionnels liés aux conduites addictives

Avec la MNT et l’ANPAA, la mairie de La Ravoire (73) s’est engagée dans une action de sensibilisation sur les conséquences des conduites addictives sur le lieu de travail, entre octobre et décembre 2018. Objectif : agir ensemble face aux risques professionnels liés aux consommations de substances psychoactives et ce, pour le bien de tous. Le maire, Frédéric Bret, se réjouit de cette première opération, suivie déjà d’actions concrètes.

Je pense qu’il est essentiel de pouvoir aborder et échanger sur des sujets tabous avec ses collaborateurs, et de ne pas attendre que l’échec, l’accident, survienne.

Frédéric Bret - maire de La Ravoire

  • Pourquoi avoir initié une démarche de sensibilisation sur les conduites addictives à la mairie de La Ravoire ?
  • L’addiction a des formes diverses, et elle peut être cause de perturbations dans les relations avec ses collègues ou la pratique de son métier. Nous devons être en mesure d’apporter des réponses si un agent est dans une situation d’extrême difficulté et mettre en place un protocole de signalement en cas de comportement inadapté au travail.

  • Quel a été le rôle de la MNT et de son partenaire l’ANPAA  ?
  • Avec la MNT, nous échangeons en permanence sur les problématiques d’absentéisme qui peut être causé, entre autres, par la souffrance psychique. Elle nous a conseillé de l’aborder avec les agents sous l’angle de la sensibilisation aux conduites addictives dans le cadre du travail et nous a mis en contact avec l’ANPAA (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie). Après avoir constitué un groupe de travail avec le DGS, les représentants du personnel, des membres du CHSCT et du conseiller de prévention, l’ANPAA et la MNT nous ont accompagnés sur trois demi-journées entre avril et mai 2018. Nous avons alors co-construit un protocole d’animation adapté à notre commune. L’ANPAA, sous la présidence de la MNT, a ensuite animé les sessions de sensibilisation destinées au personnel.

  • Quelles sont les actions que vous avez alors mises en place ?
  • 125 agents sur les 139 de notre commune ont pu participer sans aucune discrimination de grades, statuts et services, aux six séances de sensibilisation de trois heures chacune, qui se sont étalées sur deux mois. L’ANPAA les animait avec pour objectif de faire prendre conscience des pratiques addictives et de leurs conséquences sur le lieu de travail, grâce à la pédagogie, et de cadrer les comportements à adopter dans ce cas.

  • Quel rôle un agent peut-il avoir à jouer face à un collègue sous l'emprise d’un produit ?
  • Nous sommes tous responsables de la relation que nous avons avec l’autre. Il s’agit tout d’abord d’identifier le problème de son collègue et, si nous avons une relation personnelle, aborder le sujet avec lui ou, si ce n’est pas le cas, le signaler au N+1. Il pourra, lui, faire intervenir un médecin si cela est nécessaire. Se taire, en quelque sorte, c’est cautionner.

  • Quel bilan tirez-vous de cette action de sensibilisation ?
  • Les agents étaient en général surpris du sujet et de la diversité des addictions. Au final, ils sont repartis satisfaits de cet éclairage. Pour ma part, j’ai atteint mes objectifs. Il me semble que les agents ont pris conscience du rôle qu’ils avaient à jouer et qu’ils disposaient des bons outils pour agir.

  • Pensez-vous reconduire cette action et comment ?
  • Nous devons maintenant intégrer ces démarches de prévention des pratiques addictives dans le management et trouver le bon format pour les aborder à nouveau, d’ici un an. L’ANPAA a diffusé, quant à elle, ses coordonnées et nous verrons s’ils ont des retours pour envisager des actions individuelles. A la mairie, nous avons élaboré un règlement intérieur en y intégrant les démarches à suivre pour les agents qui sont confrontés à l’addiction, ainsi qu’une charte dédiée.

==================================================================

 La Ravoire : des agents majoritairement satisfaits*

  • 8,3/10 en moyenne, note globale donnée par les participants
  • 92,3 % tout à fait ou plutôt satisfaits du rythme du déroulé de l’action
  • 97,4 % tout à fait ou plutôt satisfaits de la clarté des informations présentées
  • 80,3 % plutôt satisfaits des supports utilisés, de la disponibilité de l’intervenant et de la qualité des échanges
  • 95,7 % ont estimé avoir tout à fait ou plutôt une meilleure compréhension du sujet
  • 87,2 % ont estimé avoir tout à fait ou plutôt acquis de nouvelles connaissances
  • 88,8 % ont estimé que ces nouvelles connaissances leur seront tout à fait ou plutôt utiles immédiatement dans leur quotidien.

*Enquête de satisfaction menée par la MNT auprès des agents participants, évaluation à chaud. © DR

Mots-clés : conduites addictives, absentéisme, ANPAA

 

 

Prévenir les risques professionnels liés à la consommation de substances psychoactives

La MNT propose aux collectivités territoriales des solutions concrètes pour répondre aux problématiques spécifiques de la FPT