OST - Co-construction des politiques publiques : le service public réinventé au sein du bassin de vie de Cahors

Consacré aux politiques publiques élaborées à partir d’un travail collectif rassemblant usagers, élus, décideurs et agents territoriaux, le cahier n° 22 de l’Observatoire social territorial (OST) de la Mutuelle Nationale Territoriale (MNT) décrypte plusieurs expérimentations novatrices, dont celle menée au sein du bassin de vie de Cahors.

Parmi les démarches innovantes de co-construction des politiques publiques décryptées par les auteurs du cahier n° 22 de l’Observatoire social territorial (OST), l'opération Carte blanche conduite au sein du bassin de vie de Cahors (Lot) apparaît comme l’une des plus originales et des plus abouties. Ce projet collaboratif a permis, en effet, de faire émerger des solutions inédites pour réinventer le service public au sein d'un territoire regroupant la zone urbaine du Grand Cahors et 63 communes rurales. C’est au cours de la 2e Conférence nationale des territoires en décembre 2017 que cette expérimentation a été lancée. Son objectif : inventer, en partant des besoins de la population locale, des dispositifs permettant aux services de proximité de s’adapter aux évolutions sociétales et ce, dans le respect des contraintes budgétaires et du bien-être au travail des agents des collectivités.

Carte blanche pour élaborer des solutions nouvelles

Pendant plusieurs mois, agents territoriaux, représentants des services de l’État, acteurs publics et parapublics*, usagers du territoire ont eu "carte blanche" pour élaborer des solutions nouvelles. Ensemble, ils ont conduit des entretiens, se sont immergés au cœur des administrations, ont mis en œuvre des "personas" (personnage fictif) représentant des personnes réelles afin d’incarner au plus près de la réalité du terrain les enjeux, les besoins et le vécu des populations locales. La cinquantaine de personnes ayant participé aux travaux de l’opération Carte blanche a bénéficié de conditions inédites pour élaborer les projets. Ainsi, ce groupe de réflexion a travaillé dans un cadre juridique et réglementaire allégé favorisant l’émergence de nouvelles idées. Il a également pu s’affranchir du cadre institutionnel et des blocs de compétences formels pour impulser la transformation des services publics au sein du territoire. Enfin, les acteurs du défi Carte blanche se sont appuyé sur une équipe pluridisciplinaire de la Direction interministérielle de la transformation publique (design thinking, ingénierie de projets, animation, apports juridiques).

Carte blanche : cinq projets concrets

Autant d’innovations qui ont contribué à donner naissance, le 2 octobre 2018, à cinq projets concrets, tous mis en œuvre à moyens financiers constants. Ces dispositifs ont permis de doter le bassin de vie de Cahors d’un car des services publics itinérants, de partager les données entre les différents opérateurs sociaux, de créer un centre de service RH pour les très petites entreprises (TPE), d’organiser une plateforme d’offre de mobilité solidaire et de mettre en place un agent polyvalent dont la vocation est de fournir une réponse complète à l’usager, quel que soit le guichet où il s’adresse.

Ainsi, parmi les expérimentations conduites dans le cadre de cette opération Carte blanche, Claire Vonarb, agent polyvalent du Grand Cahors et Lori Soule, travailleuse sociale et agent polyvalent de l'Union départementale des associations familiales (UDAF), sillonnent à bord d’un car des services publics itinérants les routes du bassin de vie de Cahors depuis octobre 2018 à la rencontre des usagers. « Après une première phase d'un an, nous sommes aujourd'hui présentes dans 21 communes dont 19 sont rurales, explique Claire Vonarb, à raison d'une demi-journée par commune. Les usagers accueillent cette démarche de manière très positive. Ils ont conscience que l'on vient jusqu'à eux. » Lori Soule détaille : « Nous répondons à leurs demandes administratives et les aidons à les accomplir, notamment sur internet. Nous vérifions aussi que les usagers aient bien connaissance de leurs droits et essayons de détecter les situations de précarité numérique ».

* Préfecture du Lot, Communauté du Grand Cahors, Département du Lot, Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Lot, La Poste, Caisse d’allocations familiales (CAF), Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), Union départementale des associations familiales (UDAF), Direction générale des Finances publiques (DGFIP), Direction interministérielle de la transformation publique (DITP) et Pôle emploi.

Légende photo : Claire Vonarb et Lori Soule, agents polyvalents travaillant à bord du car des services publics itinérants dans le bassin de vie de Cahors. © Préfecture du Lot

Votre expert MNT à vos côtés

Au-delà du respect réglementaire, il s’agit de structurer la démarche de prévention et d'impliquer efficacement les parties prenantes, d'optimiser la gestion des ressources humaines et de favoriser le dialogue social, de planifier les actions et de gérer les mises à jour.