mnt - collectivités

Au CCAS de Gannat, la participation est le moteur de la qualité de vie au travail

Afin d’améliorer la qualité de vie au travail de l’équipe du service d’aide à domicile (SAAD), le CCAS de Gannat (03) a mis en place une démarche participative, fondée sur un management bienveillant. Elle s’est concrétisée en formation et réorganisation des missions supports et des méthodes de travail… C’est pour cette action que le CCAS est nominé dans la catégorie Santé au travail et démarche participative des Prix santé et mieux-être au travail (PSMT) de la fonction publique territoriale 2021.

Publié le 07-09-2021

En 2018, le contexte est tendu dans le service d’aide à domicile (SAAD) du centre communal d’action sociale (CCAS) de Gannat (Allier). La nouvelle directrice note du côté des intervenantes à domicile, un fort turn-over, plusieurs arrêts maladie de longue durée, des temps de parole limités, un épuisement psychologique, de rares formations, des animations en attente. Du côté des agents administratifs, elle constate des difficultés de recrutement, une forte pression pour trouver des remplaçants en urgence, une frustration de ne pouvoir fidéliser le personnel alors que les demandes d'intervention des usagers ne font que croître...

En plus, début 2019, les entretiens d'évaluation montrent une attente collective de changement. S'en suit une enquête satisfaction auprès du personnel dont les résultats sont en contradiction avec les valeurs de solidarité et de bientraitance du CCAS. Celui-ci considère en effet la qualité de vie au travail comme essentielle dans le métier du "prendre soin" à domicile, pour assurer chaque jour l'écoute et le soutien de personnes en grande fragilité. D’où le lancement de groupes de travail dès le printemps 2019 sur cinq thématiques de prévention des risques : bientraitance, projet de service, fiche ANESM (1), consentement des usagers et cahier des liaisons. Avec pour objectifs :

  • de libérer les attentes et d’installer la confiance entre les agents,
  • d’accompagner les propositions constructives, les souhaits d'évolution de poste,
  • de construire une culture de la prévention au travail et de la bienveillance au sein de l'équipe,
  • d’accompagner la mise en place d'un management positif, participatif et bienveillant soucieux du respect et de l'équilibre vie privée-vie professionnelle.

Démarche participative et bienveillante 

Dans ces groupes participent les intervenantes à domicile pour identifier les facteurs de risques et les pistes d'amélioration, aux côtés des acteurs de la prévention, du CCAS, du centre de gestion, avec l’appui du conseil départemental de l'Allier. C’est en s’appuyant sur ces groupes, au taux de participation constant de 80 %, que le CCAS s'engage dans une démarche de qualité de vie au travail et avance concrètement vers une réorganisation des missions supports et des méthodes de travail. « Le CCAS est convaincu que la QVT est multifactorielle et ne se décrète pas, souligne Frédérique Etienne, directrice CCAS SAAD et maison des services. Elle se construit comme la confiance. ».

Dans un premier temps, dès 2019, ces travaux débouchent sur du concret avec : 

  • un plan de formation ambitieux pour tous les métiers,
  • la réorganisation et la mutualisation des postes d’assistant de prévention et d’assistant RH,
  • la mise en place de tutorat,
  • la sacralisation de temps de réunions mensuelles, d'échanges et de paroles avec un psychologue pour analyser la pratique,
  • une modification RH et organisationnelle, avec une sectorisation
  • la commande d'équipements professionnels individuels.

Fidélisation, attractivité, animation, services 

Fin 2020, d’autres avancées sont effectives avec :

  • l’évolution d'une aide à domicile vers un poste d’agent de ressources,
  • la déclinaison du DUERP en "mode Covid" (kit d'urgence, équipe dédiée basée sur le volontariat),
  • l’instauration d'un nouveau management bienveillant et participatif via l’embauche de deux responsables de secteur mettant en place la sectorisation avec la prise en compte des risques routiers dans les trajets domicile-travail, la préparation des plannings d'intervention, le temps entre des interventions éloignées, 1/2 journée de plage d'indisponibilité hebdomadaire pour concilier vie professionnelle et vie privée...
  • l’allongement des contrats, la titularisation, le paiement trimestriel des heures complémentaires en plus de l'annualisation mise en place.

Cette démarche se poursuit en 2021 avec de nouveaux projets d’amélioration continue. 

Désormais, les deux équipes des deux secteurs sont stables et complémentaires. Et tous les signaux sont au vert : pas d’arrêts maladie de longue durée ; reclassement réussi ; équipe solidaire assurant les remplacements, présente à 80 % pendant le confinement et vaccinée à 70 % ; plus d’inscrits en VAE ; postulants internes et externes avec des demandes de stages qui se multiplient ; riche programme d’animations.

De plus, le CCAS de Gannat travaille déjà sur de nouveaux projets issus des groupes de travail, tels que l’accès à deux vélos électriques pour les intervenantes et des services inédits à proposer à domicile : transport, casque de réalité virtuelle 3D, zoothérapie pour la gestion de la douleur et la stimulation cognitive…

(1) ANESM : agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux.

================

REPERES

  • Code postal : 03800
  • Nombre d’habitants : 6 000
  • Nombre total d’agents : 30

 ================

Les deux autres nominés dans la catégorie Santé au travail et démarche participative :

© DR

Mettre en place des programmes de prévention afin de réduire durablement les risques professionnels

Une fois les risques identifiés, votre expert vous aide à installer les bonnes solutions, à les mettre en pratique, à analyser les résultats et à les optimiser.