mnt - collectivités

Prendre soin des agents : l’outil numérique au service de la santé

Le digital peut être un outil au service de la santé et du bien-être au travail, plutôt qu’un facteur de stress. C’est ce que montre l’étude "Pour une fonction publique heureuse" publiée conjointement par la Fabrique Spinoza et la MNT. Une source d’inspiration pour les collectivités territoriales employeuses souhaitant favoriser la qualité de vie au travail de leurs agents.

Publié le 3-12-2020

Redonner au bonheur toute sa place dans notre société, c’est la vocation de La Fabrique Spinoza. Dans son étude consacrée à l’épanouissement des agents de la fonction publique, étude présentée par la MNT, le think-tank du bonheur citoyen dénombre neuf facteurs de bien-être au travail :

  • Le sens donné au travail,
  • Un projet collectif co-construit,
  • Des espaces de travail sains et sécurisés,
  • Une organisation du travail et un management repensés,
  • Des perspectives de développement professionnel,
  • Des outils digitaux respectueux,
  • Un cadre statutaire allégé,
  • Des liens humains positifs,
  • Un soin apporté à la santé globale des agents.

Prendre soin des agents : une attention à leur santé globale

Prendre soin de l’agent c’est, pour la collectivité qui l’emploie, prendre en considération toutes les dimensions de sa santé : physique, mentale, sociale, environnementale et digitale. « La santé digitale englobe la relation aux outils numériques, selon l’étude de La Fabrique Spinoza. Dans un contexte de numérisation de la société, ces outils peuvent être des facteurs d’efficacité, de facilitation ou de préservation du travail. Ils peuvent également être des facteurs de stress. C’est pour cela que leur bonne gestion constitue un enjeu fondamental dans le bien-être des agents. »

La télémédecine au bénéfice des agents

Depuis quelques années, et plus encore dans le contexte de la crise sanitaire de la COVID-19, la pratique médicale à distance a pris son essor dans le secteur public. Grâce aux technologies de l’information et de la communication et aux possibilités d’échange offertes par Internet, cette nouvelle manière de soigner est aussi une pratique qui peut favoriser le bien-être des agents. Pendant un an, la ville de Vannes (56) a ainsi mis à disposition de ses 1 200 agents un service de téléconsultation médicale accessible 24h/24 et 7 jours sur 7, pour leur permettre de lever un doute concernant leur santé sans attendre de pouvoir consulter leur médecin traitant. Son objectif comme employeur : améliorer le bien-être des agents et les inciter à exprimer d’éventuelles difficultés rencontrées dans leur travail (stress, violences psychologiques…). Pour faciliter et sécuriser l’accès aux soins durant la crise sanitaire, la MNT a, quant à elle, mis gratuitement à la disposition de ses adhérents sa solution de télémédecine MesDocteurs. L’engagement de la plateforme est clair : un médecin généraliste ou spécialiste disponible en moins de 15 minutes en visioconférence, par téléphone ou par tchat en ligne pour un diagnostic, une ordonnance ou une lecture d’un résultat d’examens.

Une relation apaisée aux outils digitaux

Les Français consacrent en moyenne 5,4 heures par jour à consulter leurs diverses messageries. « Mal gérés, explique l’étude "Pour une fonction publique heureuse", les outils digitaux peuvent devenir une source de stress. » Pour pallier ces dérives, l’étude met en lumière plusieurs actions possibles. Il est ainsi possible de rédiger une charte s’appliquant aux échanges numériques internes et précisant quand envoyer un mail et à qui, quand appeler ou se déplacer, et plus globalement quel canal de communication utiliser pour chaque situation. La digital detox est une autre des actions à la portée des employeurs publics. La déconnexion est, depuis le 1er janvier 2017, un droit légalement reconnu aux salariés du secteur privé, qui doit faire l’objet de négociations annuelles avec les partenaires sociaux. Certaines collectivités ont également mis en place un système de droit à la déconnexion. Dans cet esprit, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a créé une formation-action intitulée "Zéro mail inutile" pour des agents volontaires. Soit quatre demi-journées de formation et quatre journées de pratique, en vue d’adopter de bons réflexes : désactiver ses notifications, installer un tri automatique des mails, rédiger des messages courts et clairs…

Couverture Etude Pour une fonction publique heureuse - Fabrique Spinoza

En savoir + :

© GettyImages_evgeny atamanenko

Notre vocation

Être utile est un beau métier