Le PSMT et après - CCAS de Châlons-en-Champagne, même PAMAL !

De l'accompagnement des agents en attente de reclassement au réveil musculaire et articulaire à la prise de poste, le centre communal d'action sociale (CCAS) de Châlons-en-Champagne (51) est remonté à la source de la prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS). Une démarche exemplaire, primée lors du Prix santé et mieux-être au travail 2017 (PSMT) .

Postures contraintes, dos très sollicité : les métiers exercés dans un CCAS (Ehpad et petite enfance pour les deux tiers de l'effectif à Châlons-en-Champagne) sont particulièrement concernés par les risques de troubles musculo-squelettiques (TMS). S’ajoute à cela le vieillissement des agents, aussi bien au CCAS que dans les services de la Ville et de Châlons Agglo. Face à une recrudescence d'accidents du travail*, de maladies professionnelles et de restrictions d'aptitude, une stratégie globale de prévention des risques a été déployée en 2017 par le service Gestion des risques et santé, commun aux trois entités.

Talents : une démarche propulsée par le PSMT

C’est dans ce cadre que fin 2017, le CCAS de Châlons-en-Champagne s’est classé 3e au Prix santé et mieux-être au travail (PSMT). Baptisé « Talents », le projet récompensé visait alors à accompagner les agents en attente ou en situation de reclassement professionnel, notamment pour difficultés de santé. Le PSMT a donné à cette action une ampleur nouvelle. « Suite à l'attribution du Prix, nous avons changé de voilure, indique Elisa Schajer, adjointe au maire en charge des affaires sociales. D'une part en augmentant le nombre de bénéficiaires du programme, de 40 à 130 personnes, d'autre part en formant nos managers à la détection et à la valorisation des talents, dans la gestion de leurs équipes mais aussi en recrutement. Enfin, en décidant d'agir en amont, sur la prévention des TMS. » L'idée retenue : utiliser la dotation du Prix pour former des agents volontaires à l'animation de séances « Réveil PAMAL » avec leurs collègues, avant la prise de poste. Soit un dérouillage articulaire et musculaire de 10 à 15 minutes, accessible à tous, sportifs ou non, et mettant le corps en condition pour le travail.

PAMAL : priorité aux métiers les plus exposés aux activités physiques

Dans un premier temps, cinq services pilotes ont été ciblés pour lancer le programme PAMAL (Prévention des accidents et des maladies de l’appareil locomoteur) : le cadre de vie, les manifestations et transports, la voirie, les ordures ménagères, ainsi que la livraison des repas à domicile. « Dans ces services, les métiers comportent des manutentions, du port de charges, des gestes répétitifs et des postures contraignantes, explique Audrey Castel, responsable du service Gestion des risques et santé au travail du CCAS. L’idée est d’éviter que les agents démarrent à froid le matin en risquant de se faire mal. » Douze agents issus de ces services se sont portés volontaires pour bénéficier de la formation animée par Kiné France Prévention (KFP), partenaire de la MNT, et financée à 70 % par la MNT. Soit quatre demi-journées étalées sur cinq mois et entrecoupées de phases de mise en pratique. Le contenu pédagogique a été conçu à partir des situations concrètes de travail, afin que les référents formés assimilent une palette de mouvements spécifiques. Le kinésithérapeute-formateur a ainsi effectué des visites préparatoires sur le terrain et a reçu chacun des 12 agents devant être formés pour un bilan-conseil individuel préalable.

Prévention : lancer et entretenir la dynamique

Le 23 novembre 2018, le lancement officiel de la démarche PAMAL a rassemblé une centaine de participants : des agents et des responsables appartenant aux services pilotes, des directeurs, des élus et des assistants prévention des divers sites. Marraine de l’opération, l’équipe professionnelle de basket du Champagne Châlons Reims Basket (CCRB) a animé une séance de réveil musculaire en lien avec sa pratique professionnelle sportive. Cette demi-journée a marqué le coup d’envoi des séances de réveil PAMAL, animées depuis entre deux et cinq fois par semaine dans les services pilotes. « Ces séances proposées aux agents volontaires, sur leur temps de travail, rassemblent un nombre croissant de participants, dont les responsables de service qui marquent ainsi leur adhésion à la démarche, indique Audrey Castel. D’autres services demandent à bénéficier du programme : équipes administratives, bibliothèque, direction du Patrimoine… L’enjeu, désormais, consiste à pérenniser la dynamique. C’est pourquoi nous nous sommes tous formés dans le service, pour seconder les 12 agents référents. »

Pour Catherine Delvallée, directrice générale des services du CCAS, le bénéfice du programme PAMAL est à double détente : « Cette démarche de bien-être au travail agit en prévention des risques physiques. Mais s’agissant de services au contact de publics vulnérables - enfants, personnes âgées ou en difficulté sociale –, le programme PAMAL impacte aussi indirectement la qualité de service à l’usager. »

* En 2018, 27 % de ces accidents du travail étaient liés au risque physique.

Mots-clés : PAMAL, TMS, Châlons-en-Champagne, PSMT

Légende photo : agent en situation de reclassement professionnel dans l'épicerie sociale de Châlons-en-Champagne après la démarche "Talents". © MNT

 

Mettre en place des programmes de prévention afin de réduire durablement les risques professionnels

Une fois les risques identifiés, votre expert vous aide à installer les bonnes solutions, à les mettre en pratique, à analyser les résultats et à les optimiser.